Août272009

Depuis le début de l’année 2009, énormément de changements se sont produits dans l’économie et le marché boursier.



Nous commençons à entendre les médias et les fameux économistes nous dire que la récession semble sur le point de se terminer, que le baril de pétrole atteint ses plus hauts sommets depuis des mois, que le marché boursier est sur une bonne croissance depuis déjà un bon moment. Tout le monde est au courant, vous aussi, non?!



La ‘revue’ et les ‘statistiques’ de l’économie ci-dessous a pour but de vous informer plus précisément et surtout, vous aider à vous faire une idée plus claire de ce qu’y s’en vient et ce que nous devrions faire ACTUELLEMENT avec nos actifs, nos placements, nos investissements. Est-ce le temps d’acheter ou de vendre?



Quelques statistiques intéressantes…

  • L’indice boursier américain (le S&P 500 qui regroupe les 500 plus grandes corporations américaines inscrites à la NYSE ou, si vous préférez, la bourse de New York) a enregistré son meilleur rendement en juillet 2009 en vingt ans.

  • En juillet, l’indice boursier canadien (le TSX qui représente une image de l’ensemble du marché boursier canadien) a terminé son 5e mois d’affilée en hausse.
  • Une des raisons premières des hausses sur les marchés boursiers en juillet est que certains résultats financiers et rapports publiés ont surpassé les attentes ou, si vous préférez, les prévisions des analystes financiers. Voilà ce qui explique les hausses récentes des marchés. Les marchés boursiers anticipent ce qui s’en vient sur le marché. Si les résultats surpassent les attentes, le marché est à la hausse. Si les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes, le marché boursier va normalement reculer!

  • Par contre, les bénéfices restent à des niveaux très faibles. Dans bien des cas, les résultats financiers qui sont meilleurs que prévus ont découlé de mesures de réduction des coûts, et non pas par une croissance des ventes. C’est une des bonnes raisons pour lesquelles le marché a bondi dans les derniers mois.



  • Aux États-Unis, certains indicateurs nous démontrent un ralentissement du déclin des prix des maisons. Cela ne signifie pas que les prix ne déclinent plus. Ils déclinent, mais à un rythme plus lent. L’inventaire des maisons existantes invendues sur le marché américain a diminué à 9,4 mois, contre 9,8 mois en mai et 11 mois, il y a un an. On dénote un changement qui indique une petite reprise. Rien de majeur…



  • Dernière statistique intéressante : Si je me fie au principaux fonds d’actions canadiennes que j’utilise personnellement pour la gestion de mes portefeuilles personnels et ceux de mes clients, la moyenne de rendement (depuis le début de l’année 2009) a été de 19.00% depuis le premier jour de l’année.



Si on se base sur ces quelques statistiques, on peut en conclure 2 choses…



La première ? Être positif et se dire que la reprise économique est là. On devrait se positionner pour faire des rendements à tout casser dans les prochains mois, car l’économie semble aller mieux et on voit déjà de très bons rendements sur les marchés actuellement.



Quant à la seconde option : pousser la discussion un peu plus loin et se demander si cette hausse sur les marchés boursiers est vraiment réelle, ou si c’est une bulle qui s’essoufflera sous peu.



Ce que l’on sait, c’est que la confiance des consommateurs s’améliore présentement un peu, mais est encore très basse.



Aussi, le pourcentage d’épargne des ménages américains est en énorme croissance. Le taux d’épargne, qui était à moins de 1%, est maintenant à un taux de 7%. Cela signifie que les ménages américains épargnent 7 fois PLUS qu’avant.



Ainsi, les gens n’ont pas encore une confiance énorme dans l’économie et que bien des ménages ont peur d’une perte d’emploi, etc. Le 6% de différence, qui était ‘consommé’ par ces ménages est maintenant rendu en épargne… À vous maintenant d’en tirer votre propre conclusion!



De plus, les résultats qui ont surpassés les attentes récemment sont dus, non pas à une hausse des ventes des entreprises, mais surtout à une baisse des coûts.



On peut diminuer certains coûts variables dans une entreprise, mais certains coûts fixes restent et resteront toujours. Pour continuer à avoir des bénéfices supérieurs aux attentes, en plus d’avoir une bonne gestion des dépenses, les entreprises se doivent d’augmenter leur volume de vente au cours des prochains mois.

Selon moi, la confiance des consommateurs américains n’est pas assez élevée actuellement. Cela prendra encore un certain temps.



Les gens consomment toujours. Par contre, les gens changent présentement leurs habitudes de vie et de consommation. Il faut s’y prendre différemment. Les gens dans le domaine de la vente, les entreprises et les spécialistes en marketing et en publicité doivent en tenir compte. Trop d’entreprises ne s’adaptent pas au nouveau contexte économique. Les organisations qui s’y adaptent bénéficient de cette Nouvelle Économique. Les autres devront changer leurs stratégies et leurs façons dont ils font des affaires.



J’écris cet article dans une ‘Banque-Café Expresso’, sur la rue Van Horne, dans le secteur d’Outremont, à Montréal. Ce genre de café Van Houte, qui est annexé à une banque canadienne (une des banques canadiennes qui connaît la plus forte croissance actuellement au Canada) reflète énormément les nouvelles tendances de notre économie : faire d’une expérience standard à la banque (chez le chiropraticien, l’optométriste, etc.), une expérience plaisante, relaxante, amusante, etc.



C’est la même visite à la banque… mais perçue différemment par les clients : une visite plus chaleureuse et plus plaisante. Cela explique en grande partie le succès de cette banque et l’augmentation de leur part de marché dans les prêts hypothécaires (surtout).



En résumé…



Ce que les gens essaient de vous faire croire, ce que les gens espèrent, n’est pas nécessairement vrai. Tout le monde espère que l’économie des Américains (qui influence directement l’économie internationale) reparte en croissance sous peu et que la confiance des consommateurs revienne rapidement.



Par contre, je crois, personnellement (ce n’est pas un conseil, mais plutôt une opinion) que ce que nous voyons sur les marchés actuellement est une BULLE. Une très grosse bulle qui s’essoufflera très bientôt. Et ça va faire mal ! Lorsque les gens vont se rendre compte que l’économie et la confiance des consommateurs (et des investisseurs) va prendre plus de temps que prévu à revenir, le marché boursier va ENCORE une fois s’écrouler.



Il ne faut surtout pas oublier le 1000 milliards (mille milliards, oui!) de DÉFICIT du gouvernement américain. Comment Obama pourra-t-il financer ce déficit? (alors que le taux de chômage est encore très élevé!) Il augmentera les impôts des gens plus fortunés (comme il a toujours prédit)… ce qui ira, encore une fois, diminuer la consommation disponible des gens.



Bref…



Faites attention. Soyez plus conservateur dans le choix de vos investissements, des décisions de vos placements etc. Encore trop de gens ont une répartition de leurs portefeuille de placements comportant énormément d’actions et de fonds d’actions. Cela fera mal lorsque le marché s’effondrera, à nouveau.



Si vous avez des actions ou des fonds d’actions… préparez-vous à vendre et à vous repositionner sous peu.

Si vous avez peu d’actions… peut-être serait-ce une bonne idée d’ATTENDRE avant d’acheter? Le marché est à son niveau le plus haut depuis plusieurs mois. Attendez…



Prenez vos profits des derniers mois. Sécurisez votre portefeuille. Positionnez-vous pour avoir des liquidités disponibles lorsque vous aurez encore la chance d’acheter au plus bas du marché!



IMPORTANT : Cet article a été écrit par Olivier Paré, ‘Coach Financier’, Conseiller Financier et Président, Investissements Olivier Paré Inc.



Cet article ne représente PAS des conseils financiers, ni aucun avis. Cet article a été écrit avec l’opinion de l’auteur de cet article seulement. Vous devriez consulter votre conseiller financier, conseiller en placement ou votre conseiller fiscal avant d’agir sur quelque concept, idée ou opinion de l’auteur.



La reproduction de cet article est strictement interdite sans notre autorisation! Nous savons qu’il est vraiment intéressant, passionnant et qu’il renferme des opinions, des idées et des statistiques vraiment pertinentes! Auriez-vous l’obligeance, svp, de nous demander notre autorisation écrite avant de publier cet article ? Vous pouvez nous contacter par courriel à l’adresse relationspubliques@MaStrategieFinanciere.com , par téléphone au 418-266-7290 ou par télécopieur au 418-948-9110 pour obtenir notre consentement par écrit.



Dévoué à vous aider à atteindre la LIBERTÉ et la SÉCURITÉ financière,

Olivier Paré

« Coach Financier », Conseiller Financier

et Président, Investissements Olivier Paré Inc.

Tel.: (418) 266-7290

Fax : (418) 948-9110

Courriel: olivier@MaStrategieFinanciere.com

Site internet: www.MaStrategieFinanciere.com

Articles connexes


À propos de l'auteur


Oliver Pare

Olivier Paré est président d’AVEGO Groupe Financier, cabinet en assurance de personnes, et détenteur d'un permis comme représentant en épargne collective. Lecteur assidu et passionné par le monde de la finance, Olivier met toutes ses connaissances et sa persévérance au service de ses clients depuis plusieurs années. Vous pouvez rejoindre M. Paré par téléphone au (418) 266-7290 ou sans frais au (855) 266-7290.

(0) Commentaires


Laisser un commentaire

Moonshine Alexandra Grace Freshchest Megastar Vibrant
premade-image-03

L'infolettre AVEGO

Abonnez-vous dès maintenant à notre infolettre La chronique Ma Stratégie Financière.

Vous avez souscrit avec succès à notre infolettre !