Août142009
Depuis quelques années, les fraudes et les « arnaques » dans les marchés financiers ne cessent de sortir dans les médias. De plus en plus de « nouveaux fraudeurs » ont fait leur apparition dans les médias.

Nous avons tous entendu parler de Vincent Lacroix, de Norbourg et plus récemment de Madoff et Earl Jones.

Pour parler régulièrement à plusieurs personnes, soit mes clients, mes amis, mes associés, ma famille ainsi qu’aux gens que je rencontre pour la première fois, toutes ces fraudes les ont ébranlés quelque peu, qu’on le veuille ou non.

Les gens ont de moins en moins CONFIANCE au monde financier et aux conseillers financiers… Et avec raison!

Mais au bout du compte, comment pouvez-vous faire pour vous PROTÉGER de ces fraudes et vous assurer de ne pas être la prochaine « victime » d’une telle situation ?

Aussi, comment ces fraudes sont réellement arrivées? Comment se sont-elles produites et qu’est-ce que ces personnes avaient en commun pour réussir à berner autant de gens?

Mon but est de vous simplifier le tout. Et surtout…Vous faire comprendre que malheureusement, les gens sont mal informés. (Heureusement pour vous, vous ne faites pas partie de ces gens!)

Trop de gens mettent présentement tous les conseillers financiers dans le même paquet… et (heureusement), ce n’est pas le cas!

Combien de fraudeurs sont apparus dans les médias au cours des 2 dernières années?! Cinq ?! Dix ?! Et combien de conseillers financiers le Québec comprend ?! Mille, Dix-Mille, Cinquante mille ?! Honnêtement je ne connais pas cette réponse. Par contre, ce que je peux vous dire, c’est que ces gens représentent moins de 1% des conseillers financiers!

Peut-être que ce ne sont pas 99% des conseillers financiers qui travaillent VRAIMENT pour leurs clients. C’est comme dans chaque profession : il y aura toujours un petit groupe qui excellera dans ce qu’il fait, des gens dans la moyenne, et quelques personnes croches. C’est ainsi avec les médecins, les enseignants, les avocats, les chiropraticiens, et même les prêtres! Certains sont d’excellentes personnes, d’autres laissent à désirer !

Leçon Numéro Un : Ne pas GÉNÉRALISER! Ne mettez pas tout le monde dans le même panier. Cela vous aidera à vous porter mieux, je vous le garantis!

Maintenant… COMMENT faire pour vous protéger de ces personnes? Comment ÉVITER de ne pas être le prochain dindon de la farce d’un fraudeur?!

Premièrement, c’est simple : si quelqu’un vous GARANTIT des rendements extraordinaires, par exemple 10, 15, ou 25% de rendements annuels, appelez la police tout de suite! Non, mais sans blague… comment quelqu’un peut vous GARANTIR un tel rendement?

Dans le cas de Madoff aux États-Unis, ou d’Earl Jones au Québec, ils utilisaient le modèle de pyramide « Ponzi ». Voici comment cela fonctionne, avec des noms fictifs pour l’exemple…

Monsieur Tremblay investit 10,000$. Le conseiller lui garantit un rendement de 10% annuel, ce qui représente un montant de 1000$ par année. Madame Deschênes investit aussi 10,000$. Le conseiller prend 1000$, et le donne à Monsieur Tremblay, ce qui équivaut au rendement garanti. Ensuite, monsieur Fortin investit lui aussi 10,000$. De cet argent, le conseiller prend 1000$ qu’il donne à Madame Deschênes. Et ainsi de suite!

Le modèle fonctionne… tant et aussi longtemps que de nouveaux investisseurs apportent de la « nouvelle argent ».

Le problème se produit lorsque tout le monde perd confiance dans le marché financier, (comme il s’est produit) et veut récupérer son argent!! Monsieur Tremblay reprend son 10,000$. Madame Deschênes et Monsieur Fortin aussi. Qu’arrive-t-il ?! La nouvelle argent qui a servi à verser le rendement annuel aux investisseurs devient manquante, tout au tard dans la chaîne. Imaginez si des centaines, voir des milliers de personnes ont investi 10,000$ !!! Des milliers, des centaines de milliers, voir même des millions de dollars sont disparus. Ils ont servi à payer le rendement aux autres investisseurs et aux « conseillers ».

Alors comment faire pour faire des rendements annuels de 10, 15, 20, ou 50% sur votre argent ?!

Et bien c’est simplement en… prenant des risques! Oui c’est possible. Mais trop peu de gens peuvent vous le garantir. Vous pourriez, par exemple, prêter de l’argent à un ami pour qu’il se lance en affaires. Il pourrait décider de vous garantir 15% de rendement sur le montant d’argent prêté. Vous allez chez le notaire, concluez un contrat ensemble, avec les modalités de l’emprunt.

Si tout est fait selon les règles de l’art et qu’il arrive un problème, vous êtes en droit de réclamer votre argent et votre rendement. Par contre, si votre ami fait faillite, vous perdez votre argent, peu importe la qualité du contrat.

Cette manière de faire serait déjà mieux (tout dépendamment à QUI vous prêtez votre argent ou dans quelle entreprise vous investissez bien sûr!) que le modèle Ponzi, mais elle comporte quand même sa part de risque. Pour vous protéger, vous auriez pu prendre une hypothèque mobilière sur ses actifs, sa maison, sa voiture ou le matériel roulant de l’entreprise. Cela vous aurait permis de ne pas perdre tout votre argent, advenant des problèmes financiers!

Bref, ce que je veux dire, c’est qu’il existe toujours un risque dans la vie. Quand vous prenez votre voiture, vous courrez un risque. Quand vous investissez, ou achetez un bien, cela comporte différents risques. Quelqu’un qui vous garantit des rendements extraordinaires sans risque… vous ment en plein visage.

TRUC : D’où la PREMIÈRE erreur des investisseurs commence lorsqu’il s’agit de fraude ou de perte d’argent?

La meilleure façon de se protéger est de ne pas faire de chèque à n’importe qui! Certaines des personnes flouées dans les dernières années ont fait des chèques au nom de leurs conseillers financiers.

Ces personnes se demandaient pourquoi elles n’obtenaient pas de relevés annuels de leurs placements et pourquoi elles ont maintenant tout perdu!

Encore trop souvent, des gens me demandent, lorsque vient le temps d’investir « avec moi » (en tant que conseiller financier, j’offre différentes options d’investissements. Je conseille les gens pour leurs investissements, dans les fonds communs de placements, CPG, etc.) : «Est-ce que je fais le chèque à ton nom? ». Bien sûr que NON!!!

Si vous voulez faire un chèque et investir via un conseiller financier dans un produit de placement, le chèque n’est JAMAIS fait au nom du conseiller financier!!!!

Le chèque doit toujours être fait à l’ordre d’une institution financière. Si vous voulez vous protéger davantage…. Il doit être fait au nom d’une institution financière RECONNUE ! Pas au nom de la Financière Jo Blo Inc. SVP!

Les institutions financières canadiennes sont en excellente santé financière. Oui, elles ont eu plus de difficultés récemment avec leurs pertes dans les PCAA et ce genre de produits financiers toxiques… mais elles demeurent toutes en excellente santé financière!

Sans commentaire pour les institutions américaines! Disons qu’elles ont encore besoin d’un bon « ménage ».

Articles connexes


À propos de l'auteur


Oliver Pare

Olivier Paré est président d’AVEGO Groupe Financier, cabinet en assurance de personnes, et détenteur d'un permis comme représentant en épargne collective. Lecteur assidu et passionné par le monde de la finance, Olivier met toutes ses connaissances et sa persévérance au service de ses clients depuis plusieurs années. Vous pouvez rejoindre M. Paré par téléphone au (418) 266-7290 ou sans frais au (855) 266-7290.

(0) Commentaires


Laisser un commentaire

Moonshine Alexandra Grace Freshchest Megastar Vibrant
premade-image-03

L'infolettre AVEGO

Abonnez-vous dès maintenant à notre infolettre La chronique Ma Stratégie Financière.

Vous avez souscrit avec succès à notre infolettre !